Snark – Block Diagram (Tout l’Univers, 1999)


Snark
Block Diagram

CD Tout l’Univers TL001 (France, 1999)

01. Enter yr Log in Name
02. Ekol Zoo
03. Nodfyr
04. Dokti -Li-Fat
05. Moebius Band N°2
06. Assistance
07. Bungalow Mobile
08. Passif
09. Baïkonour
10. Giallo
11. Fontaine Soda

Here we go again ! This is pure electronic sound from Northern France ! Deux slogans parmi d’autres qui pourraient illustrer la feuille promo d’un nouveau venu dans la basse-cour grandissante de la french electronica touch actuelle. Nom déjà bien connu des fouineurs en herbe des bacs à sable musicaux du genre, Snark n’en est pas à son premier essai après nombre de cassettes et concerts sauvages dans des salles parisiennes plus ou moins remplies. On lui a préféré Erik M en porte-drapeau de la nouvelle electronica française, bien mal leur en a pris.
Car si Snark délivre une musique originale et très abordable par rapport à son collègue DJ bordelais, ce n’est surtout pas un défaut bien au contraire. Snark, c’est la musique électronique faite à la maison avec les moyens du bord, dans une trajectoire « do it yourself » revendiquée haut et fort. Allez savoir ensuite si c’est plutôt un bien… On ne se prononcera donc pas sur le concept déjà surabondamment utilisé mais beaucoup plus sur le résultat. Au final donc on débouche sur une musique électronique assez ambivalente : agressive par endroits avec l’emploi en second plan d’harshtronics (l’intro d’Enter yr log name), aiguè et assez sifflante dans une gestion assez moyenne du son (Moebius band n°2) mais toujours bricolo-rigolo, bref le versant électro-indépendant de joyeux trublions comme Comelade et Pierre Bastien. De la pataphysique en samples, c’est un choix esthétique comme un autre et qui se défend.
(Jérôme Schmidt, Chronicart)

De Snark, on ignore tout et l’on se contente, bien heureux, de la musique. C’est-à-dire des notes de guitare de Casio, de synthés en tout genre, de mélodica et autres «bruits de bouche» qui forment l’ossature de cet album, apparemment compilation des oeuvrettes réalisées par Snark sur un 4-pistes, à la maison, sans doute entre deux cours, entre deux virées chez le disquaire local ou, plus prosaïquement, après le boulot. Ce disque reflète bien tout le bonheur, toute la démocratie musicale nouvelle permise par le home studio : aujourd’hui, la bonne vieille démo n’existe plus, et Snark le prouve. Lo-fi, post-rockeux, son disque nous offre des excursions intimistes dans des méandres électroniques qui font parfois songer à la face cachée de ces génériques datés mais jamais désuets, mêlant funk frivole et électronique froide, bien calculée, soit un envers du décor digne de David Lynch. Dans les meilleurs moments de ce disque, Enter Yr Log In Name ou Assistance, on songe bien évidemment à Kraftwerk ou Steve Reich, mais aussi aux sonorités exotiques de musiciens comme Martin Denny ou Arthur Lyman. Parfois, le temps de compositions plus anecdotiques, comme Nodfyr, on se surprend en train de vieillir et de pester contre les guitares. Malgré tout, rien n’y fait, on aime ce disque, ses approximations, ses imperfections, ses boîtes à rythmes trop « cheap », son adolescence naïve, à jamais perdue. (Joseph Ghosn , Magic)

FR Homemade 4-track electronica? Yep, mais pas que. Les braves gens de chez Chronicart et Magic, qui ne sont pas des billes, citent aussi bien Pascal Comelade et Pierre Bastien que Kraftwerk, Steve Reich, Martin Denny ou David Lynch… Balancer des noms pour prouver qu’on n’est pas une bille est une des bases du métier de chroniqueur, et cet empilement peut laisser craindre un disque fourre-tout. A tort, heureusement.
Il y avait une scène prometteuse du côté de l’electronica française au début des années 2000, dont il ne reste curieusement plus grand chose aujourd’hui (ils se sont quand même pas simplement tous mariés et fait des gosses?). Après Snark, Axel Monnaud est revenu faire un coucou sous le masque d’Orval Carlos Sibelius chez Clapping Music en 2006.
ENG Here’s a little lost gem. Homemade electronica from Paris, sometimes with pop or post-rockish accents, sometimes closer to a young Pascal Comelade on Rephlex (and he even sings like Brian Eno on a few tracks). Surely not an masterpiece, this album is modest, inventive, playful, and in the end absolutely charming.

Visit Orval Carlos Sibelius at Clapping Music
(Links in comments)

Publicités
Cet article, publié dans Electronic(a), Lo-Fi, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Snark – Block Diagram (Tout l’Univers, 1999)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s