François Corneloup – Jardins Ouvriers (Evidence, 1998)


François Corneloup Trio
Jardins Ouvriers

CD EvidenceEVCD824 (France, 1998)

01. Jiri
02. Trèves
03. Intouchables
04. Jardins ouvriers
05. Minérale
06. Pas de sentiments
07. Rhombe
08. Les forains
09. D’un maniement très simple

François Corneloup – saxophones soprano, baryton
Claude Tchamitchian – contrebasse
Eric Echampard – batterie

Je suis musicien depuis 1982. Saxophoniste autodidacte, Je compose et j’improvise. Tout en passant une licence de musicologie à l’université de Paris VIII, je connais mes premiers engagements avec la Compagnie Lubat entre 1985 et 1992.Puis je commence à mener mes projets, notamment un trio avec Claude Tchamitchian(cb) et Eric Echampard(dr), un quartet avec le même batteur, Yves Robert(tb) et Marc Ducret(gt) jusqu’à aujourd’hui, le trio U.L.M toujours avec Marc Ducret et Martin France(dr). Parallèlement à toutes ces expériences, j’ai collaboré entre autres avec Sylvain Kassap, Gérard Marais, Louis Sclavis, Serge Bertocchi, Daunik Lazro, Marc Perrone, Y.Fanch Kemener, Bruno Chevillon… et je collabore encore actuellement avec Henri Texier (Strada sextet), Dominique Pifarely (ensemble Dédales), Hélène Labarrière (quartet), Isabelle Loubère (lecture), Jean Rochard (producteur), Fabien Tehericsen (compositeur), François Raulin, Pascal Contet. Je fais également partie du groupe Ursus Minor auquel se joint régulièrement Brother Ali. le groupe NEXT avec D.Pifarely (vln), D.Magraw (gt), Jt Bates (dr) et Chico Huff (el.b) est mon tout dernier projet. Il prend son envol au Festival Minnesota sur Seine à la fin de l’année 2006. (Myspace)

FR François Corneloup joue du saxophone. Soprano et baryton. Il en joue comme on se lance dans la mêlée. Avec cette même joie, cette même volonté de tester sa force, de toucher au plus près le sens collectif de l’action, cet oubli, cet effacement dans l’anonyme de l’effort partagé ­ de faire corps. L’énergie est sans doute la principale de ses qualités ; l’engagement physique, mental, émotionnel. Mais une énergie toujours tenue dans des cadres, intégrée dans des formes ­ son travail joue sur la tension, pas sur la destruction : il y a là une façon franche, directe de se heurter aux limites, moins pour les repousser, les annihiler, les subvertir, qu’en éprouver la résistance et faire avec cette contrainte. Alors, quand Corneloup se lance dans un projet en trio, c’est à partir de l’objet-trio, de l’outil-trio, de sa matière sonore, de ses jeux de timbre, de ses structures formelles, de ses types d’organisation propre, de ses traditions, de son histoire, de ses histoires… Que la musique naisse d’abord des instruments ­ la contrebasse grave et profonde, très vocale de Claude Tchamitchian ; le petit théâtre percussif d’Eric Echampard, tachiste et gestuel ­, de leur matérialité, de leur caractère, de leurs relations… Pour que finalement de ces jeux de forces surgissent des formes, en expansion, en métamorphoses continuelles. C’est ce travail de la musique qui est si sensible et passionnant dans ce disque. Comment faire avec, ensemble, comment s’organiser ? Comment passer d’un état à un autre, d’une émotion à une autre ? Corneloup répond par une musique précise, ciselée, basée sur la dynamique, un rapport constant au rythme, à la pulsation, tenue, nourrie, sans cesse relancée. Une musique tout en équilibre et mobilité, toujours pensée « en perspective », mettant en oeuvre une grande variété de points de vue, sans jamais perdre le sens de la forme globale. Il y a là une conception très organique de l’orchestre, à la fois compact, dense dans sa matière sonore, et ouvert à la circulation des énergies ­ une véritable force en mouvement. Corneloup en est le vecteur principal, déployant une sonorité pleine, riche, habitée, constamment projetée dans un phrasé tumultueux, à la fois lyrique et curieusement serein, dénué de toute arrière-pensée. C’est sa force, cette intégrité. (Stéphane Ollivier, Les Inrockuptibles)
ENG This group is compact, the sonority is full and the members remain open to the energy that flows. Corneloup is the principal vehicle, with his round and rich sonority, in constantly tumultuous phrasing, which is both lyrical and strangely serene. His strength stems from this integrity. (Stéphane Ollivier, Les Inrockuptibles)

FRChoc Jazzman de la décénie‘, rien que ça. Juste un sticker de plus, mais pour ceux qui l’ont décerné ça devait signifier quelque chose (j’espère). Devrait laisser une empreinte dans les conduits auditifs de celles et ceux qui auront la chance de tomber dessus.
ENGChoc Jazzman de la décénie‘ (rough translation: ‘f*cking great record of the decade according to Jazzman magazine’…). Fine music indeed.

Visit François Corneloup

Publicités
Cet article, publié dans Jazz, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour François Corneloup – Jardins Ouvriers (Evidence, 1998)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s