Jean Bart – Fin et Suite (Musidisc, 1995)


Jean Bart
Fin et Suite

CD self-released n°3 (Switzerland, 04-1995)
CD Musidisc / Universal France (reissue- France, 1995)

01. Prologue
02. Scarlett
03. La Saignée
04. Tirer Birkin
05. Carton rouge
06. Modern style
07. Lise
08. Perte de repères
09. On vit
10. Nuages
11. Peine perdue
12. Epilogue

Musiques: J. Bart – Paroles: Y. Sarda
Interprétation: J. Bart – V. Vontanthen
Interventions sampling: P. Zouridis
Voix off: Nathalie, Marlène, Dominic

Citations délibérées des films Jules et Jim & Deux Anglaises et le Continent de François Truffaut d’après l’oeuvre de Henri-Pierre Roché, mis en musique par Georges Delerue, avec la participation involontaire des voix de Jeanne Moreau, Oscar Werner, Kika Markham, Stacey Tendeter & J.-P. Léaud

Jean Bart est un adepte du travail de nuit en solitaire: « Je vis dans un monde tres silencieux puisque je passe le plus clair de mon temps dans un abri anti-atomique. Là ou j’habite, à Geneve, la loi t’oblige à en posseder un, au cas ou… Je peux y passer plusieurs nuits et plusieurs jours non-stop. Je travaille à des horaires pas possibles. Mon amie me dit que si je continue comme ça, c’est l’hopital assuré. » Voilà pour qui imaginerait Jean Bart en musicos sympa, la tete dans les nuages, heureux de sa récente notoriété. Ceux-là n’ont preté que peu d’attention à Egoiste dans un corps en solo et Il le faut, deux disques d’une intimité presque dérangeante, ou la proximité ne flirte jamais avec la connivence. Celui qui plonge dans cet univers connaitra tout de Jean Bart: ses histoires, ses amis intimes, son répondeur téléphonique… A l’heure ou sort son troisieme album Suite et Fin, disponible hors des réseaux de distribution habituels – Jean Bart a toujours aussi peu de choses à dire à la presse dite « rock ». Un des seuls maitres auquel il voue une admiration sans limite est Giovanni Fusco, le compositeur attitré des films d’Antonioni, autre adepte du silence. Avec de telles références, le mystere qui entoure cet ermite helvétique est loin d’etre éclairci. (Hervé Crespy, Magic)

On a sans doute trop présenté Jean Bart comme une sensibilité autarcique, terrée dans son camp retranché : l’image, à force, sent désagrèablement le renfermé. Elle dessert un homme qui n’a de cesse de transcrire ce qui le meut et l’empoigne, et qui a toujours placé ses exigences au service de ses sens. Moins dépouillé qu’Il le faut – retour discret des machines, rythmes plus appuyés -, Fin et suite affiche cette rigueur musicale qui n’hypothèque jamais le plaisir et les modulations.
On y joue toujours admirablement de la guitare, mais aussi du banjo, du violoncelle, de la boite d’allumettes, du vélo, on refuse toujours les harmonies standard, les accords à l’amiable. Ce qui permet à Jean Bart de mener ensuite son disque jusqu’au bout de son art : cette manière unique de travailler la matière d’une réalité éclairée, de la découper, de la recomposer, d’íntégrer voix, sons, citations, sans forberie, sans ruses, avec une minutie de tous les instants. Juste pour se retrouver, en fin de compte, entier, original.
Pas étonnant que ce disque se nourrisse de Jules et Jim et des Deux Anglaises et le Continent, où Truffaut lui-même se mettait à nu à travers les mots d’Henri-Pierre Roché et la voix de ses acteurs. Pas étonnant qu’il se rapproche une nouvelle fois de la puissance d’expression du cinéma.Sauf que le cinéma de Jean Bart échappera toujours à l’enfermement des images, à leur magie piégeuse.
(Richard Robert, Les Inrockuptibles)

FR Alors oui, ça vient de Suisse, donc en surface c’est propre et c’est neutre. Mais par pitié ne restez pas à la surface, Jean Bart est un artisite rare et précieux. Et écoutez un titre comme Tirer Birkin, ça commence avec une enfilade de rimes ultra référencielles avant de dévier tranquillement vers quelque chose d’assez corsé, avec un humour qui fait mouche et une mélodie imparable. Neutre, austère, cinéphile et sérieux, mais pas que. Et un disque avec de la sonnette de vélo est forcément hautement fréquentable, non?
ENG Jean Bart is from Switzerland, so even if he sings mostly in french, you’ll hear english and italian too (sometimes in the same song). Elegant music with samples from Jules et Jim and Les Deux Anglaises et le Continent, if you enjoy european cinema (François Truffaut of course, Antonioni too), here’s a nice album.

Visit Jean Bart or Wikipedia

Publicités
Cet article, publié dans Chanson, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Jean Bart – Fin et Suite (Musidisc, 1995)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s